Accueil

163 articles

48h

44 articles

Michel Collon

Ou bien c'est « très simple ». Nous sommes bien informés. Il faut croire les médias quand ils nous disent : « Les Etats-Unis veulent la démocratie en Syrie ». Vraiment ? Avec l'aide de l'Arabie saoudite et du Qatar ?

Vous avez un doute ? Il existe une deuxième version : « Les Etats-Unis nous protègent contre les armes de destruction massive ».

Par Alessandra Benignetti et Roberto Di Matteo

ROME - Le père Rodrigo Miranda, quarante ans, est un missionnaire chilien de l'Institut de la Parole incarnée qui a passé ces quatre dernières années en Syrie, dans l'enfer d'Alep. Curé à la Cathédrale de l'Enfant Jésus, il est venu en aide depuis 2011 à la population, en particulier durant les 3 ans de siège que la ville a connus, au milieu des violences, des morts et des enlèvements.

Español

Après les scandales qui ont déjà secoué le Mexique, le Nicaragua et les Philippines, l'OMS et l'Unicef sont à nouveau mis en cause au Kenya pour avoir administré des produits stérilisants à l'insu des patients qu'ils prétendaient vacciner contre le tétanos.

La Conférence épiscopale catholique du Kenya, qui administre de nombreux hôpitaux, a participé à la campagne de vaccination contre le tétanos organisée par l'OMS et l'Unicef en mars et octobre 2014 pour les patients de 14 à 49 ans.

Liliane HELD-KHAWAM

Il est de plus en plus clair que les crises économiques, politiques, financières et monétaires actuelles constituent autant de préludes à l'accouchement d'un marché unique mondial et supranational. Pourtant à ce jour, peu de personnes savent en quoi consistera l'avenir d'une société dominée par les marchés financiers.

Il ne s'agit plus ici d'être alarmiste mais réalistes.

Par René Naba

Les sanctions de Jean Christophe Cambadélis contre Gérard Bapt.....du Pipeau

Paris 26.02.15 - Le tollé suscité en France par la visite d'une délégation parlementaire française en Syrie, dont trois membres ont rencontré le président Bachar Al Assad, a constitué, -quoi que l'on dise, quoi que l'on fasse-,  un camouflet majeur à la diplomatie française, jusque là  maître d'œuvre de la conduite de la politique de la France à l'égard de Damas.