falseflag

34 articles 1 7 30 90 90 à 1 an 2 3 4 5 6 7 8 9 j s
1 2

Explosif !

Le journaliste allemand n'y va pas par quatre chemins, il accuse carrément le gouvernement français de manipulations, et il sait de quoi il parle.

9 youtube

wikistrike.com

Par Washington's Blog

Des gouvernements tout autour du monde reconnaissent s'être servi du truc de la brute... attaquer le premier, puis imputer la faute à la victime:

  • Des troupes japonaises ont déclenché une petite explosion le long d'une voie ferrée en 1931, et en ont faussement accusé la Chine afin de justifier une invasion de la Mandchourie. Cet événement est connu sous le nom d' « Incident de Mukden » ou « Incident Manchou ». Le Tribunal Militaire International de Tokyo [découvrit que] : « Plusieurs des participants à ce plan, y compris Hashimoto [un officier de haut rang de l'armée japonaise], ont à maintes reprises [reconnu leur rôle]  dans le complot et ont déclaré que l'objectif de l' « Incident » était d'offrir une raison à l'occupation de la Mandchourie par l'armée du Kwantung... » Compulsez ceci ;
  • Un Major des SS Nazis a reconnu  aux procès de Nuremberg que - selon les ordres du chef de la Gestapo - lui-même et d'autres agents Nazis ont mis en scène des attaques contre leur propre peuple qu'ils ont imputées aux Polonais, pour justifier l'invasion de la Pologne. Le Général Nazi Franz Halder témoigna également aux procès de Nuremberg que le dirigeant Nazi Hermann Göring avait avoué  avoir mis le feu au Parlement allemand en 1933, et d'avoir ensuite faussement accusé les Communistes de l'incendie criminel;
  • Le dirigeant soviétique Nikita Khrushchev a avoué par écrit  que l'Armée Rouge de l'Union Soviétique avait bombardé le village russe de Mainila en 1939 - tout en portant le blâme sur la Finlande - comme base pour initier la « Guerre d'Hiver » contre la Finlande. Le président russe Boris Eltsine a confirmé  que la Russie avait été l'agresseur dans la Guerre d'Hiver, ainsi que Poutine;
  • Israël [reconnaît]  qu'une cellule terroriste israélienne opérant en Égypte a planté des bombes dans plusieurs immeubles, y compris des locaux diplomatiques US, puis y a laissé des « preuves » impliquant les Arabes en tant que coupables (l'une des bombes détona prématurément, permettant aux Égyptiens d'identifier les poseurs de bombe, et par la suite plusieurs des Israéliens les ont avoués) (voyez ici  et ici);
  • La CIA avoue  avoir engagé des Iraniens dans les années '50 pour passer pour des Communistes et organiser des attentats à la bombe en Iran, afin de retourner le pays contre son Premier Ministre démocratiquement élu;
  • Le Premier Ministre turc [a reconnu]  que le gouvernement turc avait perpétré l'attentat à la bombe d'un consulat turc en Grèce - endommageant aussi le lieu de naissance tout proche du fondateur de la Turquie moderne - et d'en avoir accusé la Grèce, dans le but d'inciter à et de justifier des violences anti-grecques;
  • Le Premier Ministre britannique avoua  à son ministre de la défense que le président US Dwight Eisenhower et lui-même avaient approuvé un plan en 1957 pour se livrer à des attaques en Syrie et d'en accuser le gouvernement syrien, comme moyen d'effectuer un changement de régime;
  • L'ancien Premier Ministre italien, un Juge italien, et l'ancien chef du contre-espionnage italien reconnaissent que l'OTAN, avec le concours du Pentagone et de la CIA, a commis des attentats à la bombe en Italie et dans d'autres pays européens durant les années '50 et en a accusé les Communistes, de façon à rallier les populations à leurs gouvernements en Europe dans leur combat contre le Communisme. Ainsi que l'a déclaré un participant de ce programme naguère secret: « Il fallait attaquer des civils, des gens, des femmes, des enfants, des personnes innocentes, des gens inconnus sans rapport avec le jeu politique. La raison en était simple.  Ils étaient conçus pour forcer les gens, le public italien, à se tourner vers l'état pour davantage de sécurité » (voyez ici) (l'Italie et les autres pays européens sujets à la campagne de terreur avaient rejoint l'OTAN avant que les attentats n'aient lieu). Et regardez ce document de la  BBC ;
  • Ainsi que le gouvernement US l'a reconnu, des documents récemment déclassifiés montrent que dans les années '60, les chefs d'état-major US ont apposé leur signature pour un plan devant faire exploser des avions US (utilisant un plan élaboré d'échanges d'avions), et aussi de commettre des actes terroristes sur le sol US pour ensuite en accuser les Cubains, afin de justifier une invasion de Cuba. Regardez le reportage suivant d' ABC News ; les documents officiels ; et regardez cette interview  du Producteur des Enquêtes à Washington pour ABC News, avec Peter Jennings;
  • 2 ans plus tôt, le Sénateur US George Smathers avait suggéré  que les USA se livrent à « une fausse attaque sur la Baie de Guantanamo, ce qui nous donnerait une excuse pour vraiment provoquer la bagarre et qui nous laisserait le champ libre pour y aller et [renverser Castro] »;
  • Et d'autres documents officiels du State Department US démontrent que - seulement neuf mois avant que le projet des chefs d'état-major soit présenté - la direction des chefs conjoints de l'état-major et d'autres responsables de haut rang avaient évoqué  de faire exploser un consulat en République Dominicaine afin de justifier une invasion de ce pays. Les 3 plans ne furent pas menés à bien, mais ils furent tous débattus comme des propositions sérieuses;
  • La NSA avoue  qu'elle a menti  sur ce qui s'était réellement passé lors de l'incident du Golfe du Tonkin  en 1964... manipulant l'information pour faire accroire que des vedettes nord-vietnamiennes avaient tiré sur un navire US, afin de créer une fausse justification de la Guerre du Vietnam;
  • Un comité parlementaire US a reconnu que  - en tant qu'élément de sa campagne « Cointelpro » - le FBI s'était servi de beaucoup de provocateurs des années '50 aux années '70 pour se livrer à des actes violents et les imputer faussement à des activistes politiques;
  • Le gouvernement allemand a reconnu  (voyez ici) que, en 1978, les services secrets allemands avaient fait exploser une bombe le long du mur extérieur d'une prison et caché des « outils d'évasion » sur un prisonnier - un membre de la Fraction Armée Rouge - sur qui les services secrets voulaient porter le blâme de l'explosion;
  • Le Conseil Sud-Africain de Vérité et de Réconciliation a découvert que, en 1989, le Bureau de Coopération Civique (une branche discrète des forces de défense sud-africaines) a approché un expert en explosifs et lui a demandé « de participer à une opération visant à discréditer l'ANC [Le Congrès National Africain] en posant une bombe dans le véhicule de police d'un officier enquêtant sur un incident d'homicide », et en mettant l'ANC en cause pour cet attentat;
  • Un diplomate algérien et plusieurs officiers de l'armée algérienne reconnaissent que, dans les années '90, l'armée algérienne a fréquemment massacré des civils algériens, et a ensuite accusé les militants islamiques des meurtres (visionnez cette vidéo ; l'Agence France-Presse, le 27/09/2002 - Le Tribunal français rejette la plainte algérienne de diffamation, contre son auteur);
  • Une équipe indonésienne de recherche des faits a enquêté sur les violentes émeutes qui ont eu lieu en 1998, et a déterminé que « des éléments militaires ont été impliqués dans ces émeutes, dont certaines ont été délibérément provoquées « ;
  • Des officiers supérieurs militaires et du renseignement russes avouent que  le KGB a fait exploser des immeubles d'appartements en 1999 et en a faussement accusé les Tchétchènes, afin de justifier une invasion de la Tchétchénie (voyez ce rapport  et ce débat);
  • Selon le Washington Post, la police indonésienne reconnaît que les militaires indonésiens ont tué des enseignants US en Papouasie en 2002, et accusé des meurtres un groupe séparatiste Papou afin que ce groupe soit listé comme organisation terroriste;
  • L'ancien et respecté président indonésien reconnaît  également que le gouvernement avait probablement joué un rôle dans les attentats de Bali;
  • Comme rapporté par la BBC, le New York Times  et Associated Press, des officiels macédoniens reconnaissent que le gouvernement a assassiné 7 immigrants innocents de sang froid et prétendu qu'ils étaient des soldats d'al-Qaeda tentant d'assassiner des policiers macédoniens, afin de rejoindre la « guerre contre le terrorisme »;
  • Des responsables haut-gradés de la police génoise en Italie ont avoué  - en juillet 2001, lors du sommet du G8 à Gênes - avoir lancé deux cocktails Molotov et mis en scène un officier de police se faisant poignarder, afin de justifier une répression violente  des manifestants;
  • Bien que le FBI reconnaisse maintenant que les attaques à l'Anthrax de 2001 avaient été perpétrées par un ou plusieurs scientifiques gouvernementaux US, un officiel de haut rang du FBI affirme que le FBI a en fait reçu comme instruction de porter le blâme sur al-Qaeda de la part de responsables de la Maison Blanche  (souvenez-vous de ce à quoi P ressemblaient les lettres à l'Anthrax). Des officiels du gouvernement confirment également que la Maison Blanche avait essayé de relier l'anthrax à l'Irak, comme justification pour un changement de régime dans ce pays.
  • Pareillement, les USA ont faussement accusé l'Irak  d'avoir joué un rôle dans les attentats du 11 septembre 2001 - ainsi que le démontre un mémorandum du ministre de la défense  - pour en faire l'une des principales justifications  pour livrer la guerre d'Irak. Même après que la Commission du 11 septembre [ait reconnu]  qu'il n'y avait aucune connexion, Dick Cheney affirma que les preuves qu'al-Qaeda entretenait une relation avec le régime de Saddam Hussein étaient « accablantes », que Cheney détenait « probablement » des informations non disponibles pour la Commission, et que les médias ne « faisaient pas leurs devoirs » en ne rapportant pas de tels liens. Des responsables haut placés du gouvernement reconnaissent  désormais que la guerre d'Irak avait en réalité été déclenchée pour le pétrole... pas le 11 septembre ou des armes de destruction massives (malgré des allégations précédentes de « loups solitaires », beaucoup d'officiels du gouvernement US disent aujourd'hui  que le 11 septembre était du terrorisme d'état; mais que l'Irak n'était pas celui qui a soutenu les pirates de l'air);
  • L'ancien avocat du ministère de la justice US, John Yoo, suggéra  en 2005 que les USA devaient passer à l'offensive face à al-Qaeda, faisant que « nos propres agences de renseignement créent une fausse organisation terroriste. Elle pourrait avoir ses propres sites web, ses centres de recrutement, ses camps d'entraînement, et des opérations pour soulever des fonds. Elle pourrait lancer de fausses attaques terroristes et revendiquer le crédit de réelles frappes terroristes, aidant à semer la confusion à l'intérieur des rangs d'al-Qaeda, incitant des agents à douter de l'identité des autres et à remettre en question la fiabilité des communications »;
  • United Press International rapporta  en juin 2005:
  • Des soldats israéliens infiltrés ont reconnu  en 2005 avoir lancé des pierres contre d'autres soldats israéliens pour qu'ils puissent en blâmer les Palestiniens, comme excuse pour réprimer les manifestations pacifiques des Palestiniens;
  • La police de Québec a reconnu que, en 2007, des brutes portant des pierres lors d'une manifestation pacifique étaient en réalité des officiers de la police de Québec infiltrés (voyez  ici);
  • Aux manifestations contre le G20 à Londres en 2009, un député britannique a vu  des policiers en civil essayer d'inciter la foule à la violence;
  • Des politiciens égyptiens ont reconnu  (voyez ici) que des employés du gouvernement avaient pillé des artefacts de musée inestimables en 2011 pour essayer de discréditer les manifestants;
  • Un Colonel de l'armée colombienne a avoué  que son unité avait massacré 57 civils, puis les avait habillés en uniformes pour faire croire qu'ils s'agissait de rebelles tués au combat;
  • Des soldats US ont reconnu  que s'ils tuent des Irakiens et des Afghans innocents, dès lors ils « laissent tomber » des armes automatiques près de leurs cadavres pour pouvoir prétendre qu'il s'agissait de militants;
  • L'auteur hautement respecté du Telegraph Ambrose Evans-Pritchard affirme que le chef du renseignement saoudien - le Prince Bandar - a récemment reconnu  que le gouvernement saoudien « contrôle » les terroristes tchétchènes;
  • Des sources US haut placées ont reconnu  que le gouvernement turc - un collègue membre de l'OTAN - avait perpétré les attaques chimiques imputées au gouvernement syrien; et des officiels de haut rang du gouvernement turc ont avoué, tout en étant enregistrés, les projets pour mener des attaques en en accusant le gouvernement syrien;
  • L'ancien chef de la sécurité ukrainienne admet que  les attaques de tireurs d'élite qui ont déclenché le putsch ukrainien ont été mises en scène afin d'en accuser d'autres;
  • L'agence de renseignement britannique a reconnu  (voyez ici) qu'elle se livrait à des attaques « électroniques sous faux drapeau » sur des cibles, piégeant des gens  en écrivant des commentaires offensants ou illégaux... tout en portant la faute sur la cible;

Traduit par Claude, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Les manchettes, partout dans le monde, ont présenté des variations sur l'histoire de l'assassinat de Boris Nemtsov. Chacune d'entre elles reprend le récit des faits pertinents: quoi, qui, où, comment... Mais la vraie question est pourquoi. La réponse à cette question, ou plutôt ce que l'Occident prétend avec insistance être la réponse, nous dira beaucoup sur les plans des États-Unis pour intensifier les tensions en Russie, en Ukraine, et au-delà.

Le général Wesley Clark, ancien suprême commandeur de l'Otan, a déclaré à CNN que l'Émirat islamique (dit « Daesh ») avait été « créé par nos amis et nos alliés pour vaincre le Hezbollah ».

Le général Clark mettait ainsi clairement en cause la responsabilité d'Israël.

Depuis 2001, le général Clark est le porte-parole d'un groupe d'officiers supérieurs opposés à l'influence israélienne sur la politique extérieure des États-Unis, à ses développements impérialistes agressifs et au remodelage du « Moyen-Orient élargi ».

Le président du Soudan, Omar el-Béchir a déclaré dans une interview exclusive accordée à Euronews que la CIA américaine et le Mossad israélien sont derrière le groupe Boko Haram et l'Etat Islamique. Il a parlé notamment d la vidéo censée montrer l'exécution de 21 citoyens égyptiens en Libye.

« J'ai dit que CIA et le Mossad se tenir derrière ces organisations.

Je n'avais pas porté attention, mais effectivement les "décapiteurs" sont en majorité significativement plus grands que les "décapités". À bien regarder, les premiers hommes vêtus de noir semblent avoir près de 2 pieds de plus que les hommes vêtus d'une combinaison orangée.

Les experts prétendent, sans nier l'acte d'assassinat, que la production de la vidéo aurait été faite sur un écran vert avec un fond ajouté plus tard.

Cette liste est loin d'être exhaustive. Elle ne représente que quelques exemples d'attaques qui sont aujourd'hui documentées comme étant sous fausse bannière. La liste réelle serait bien trop longue tant cette "culture du false flag" est solidement ancrée dans nos gouvernements "démocratiques". Voilà pourquoi chaque attentat terroriste fortement médiatisé en Europe de nos jours a tendance à être soupçonné d'être un attentat sous faux drapeau: l'histoire nous montre que nos soupçons sont fondés.

Les informations selon lesquelles la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis a réalisé un attentat à la voiture piégée méticuleusement planifié à Damas, en Syrie, en février 2008 ont été révélées à la première page duWashington Post , le 31 janvier 2015.

Selon plusieurs témoins et des indications au sein de l'armée syrienne libre, les frères Kouachi, soi-disant responsables des attentats du 07 janvier 2015 à Charlie Hebdo, auraient été assassinés en octobre 2014 en Syrie lors d'une attaque menée par la coaltion.

Notre source ne dément pas cette information et confirme même la présence des deux djihadistes en

Par Giuletto Chiesa

Le journaliste italien Giulietto Chiesa était invité à la célèbre émission talkshow de la télévision italienne La Gabbia ("La cage" en français - NdT) dimanche 11 janvier, soit le jour même de la grande manifestation dans les plus grandes villes de France après les attentats à Paris qui ont fait 17 morts.

A DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS. MERCI

Et pendant que l'on nous occupe l'esprit avec le False Flag orchestré en France, aux USA ont lieu des révélations sur l'implication d'Israël dans les attentats du 9/11/2001 !

On se demande du reste si cette hystérie n'a pas été organisée en France pour sauver Netanyahu et pour masquer les révélations qui sont faites aux USA et qui mettent en cause Charl/Israël !

les frères Kouachi, arrêtés deux fois pour des charges en lien avec le terrorisme, et condamnés pour des faits similaires, ont rencontré l'un des principaux leaders d'Al-Qaïda, se sont entraînés avec lui et ont combattu aux côté d'Al-Qaïda. Les services de renseignement français vont pourtant, il y a six mois, relâcher la surveillance du dangereux duo et les classer comme à « faible risque ».

Petite histoire du solgan international et d'union: "Je suis Charlie":

Le slogan est apparu à 11h52 le 7 janvier 2015, moins d'une heure après le premier coup de fusil à Charlie Hebdo, il est l'oeuvre d'un certain Joachim Roncin, directeur artistique et journaliste musical à l'hebdomadaire Stylist (1), dirigé par la 7ème femme la plus riche de France, Evelyne Prouvost (3), patronne du groupe Marie Claire à 58%, les 42% restant appartenant à Monsieur Lagardère.

1 - Après le passeport indestructible du 11 septembre, l'un des deux suspects, Saïd Kouachi, a oublié, malencontreusement, sa carte d'identité dans la voiture.

2- Lors de la tuerie, entre 3 et 5 tireurs ont été aperçus:

© Inconnu

La France a choisi aussi son camp en Ukraine et on aura noté au passage le silence des médias autour des réactions de la Fédération de Russie et de son Président Vladimir Poutine qui a pourtant exprimé ses vives condoléances au peuple français suite à l'attaque terroriste contre le journal satirique. Pas un mot alors que la Russie a toujours été présente, en particulier en Tchétchénie dans la lutte contre le terrorisme islamique.

par Manlio Dinucci

Le massacre de journalistes de Charlie Hebdo et de policiers n'en finit pas de surprendre les analystes et chroniqueurs du monde entier. Si la presse française est unanime à dénoncer le terrorisme islamistes, beaucoup -comme Manlio Dinucci dans Il Manifesto- y voient clairement une manipulation de services secrets occidentaux.

Réseau Voltaire International | Rome (Italie) | 9 janvier 2015

La durée de leur fuite, des terroristes trop calmes, le manque de protection de la rédaction de l'hebdomadaire satirique, les armes des terroristes... Aldo Giannuli, expert des services secrets italiens, n'est pas convaincu par la version officielle.

Lors de cette funeste journée du 7 janvier 2014, date marquée à jamais comme synonyme de la mort de 12 personnes lors de l'attentat terroriste contre Charlie Hebdo, l'hypothèse d'un complot faisait déjà son chemin.

Le quotidien états-unien McClatchy annonce que les Frères Kouachi et Mohammed Mehra ont été recrutés par l'artificier du sous-groupe Khorasan d'Al-Qaïda.

L'année dernière, le même journal avait révélé l'existence du Français David Drugeon et son rôle au sein d'al-Qaïda en Syrie. Il avait prétendu que le jeune homme était un membre des services secrets français. Puis, le Pentagone avait confirmé le considérer comme une cible prioritaire.

1 2