falseflag

11 articles 1 7 30 90 1 an 2 3 4 5 6 7 8 j s

Tony Cartalucci

Il a été révélé que l'OTAN a plannifié une attaque fausse-bannière contre la Turquie afin de justifier une invasion turque du nord de la Syrie, a rapporté dans son article l'International Business Times:

"Turkey YouTube Ban: Full Transcript of Leaked Syria 'War' Conversation Between Erdogan Officials.

Par Bahar Kimyongür

C'est de bonne guerre. Toutes les parties du conflit syrien pratiquent le mensonge et la ruse pour déstabiliser l'adversaire et inciter ou empêcher l'immixtion de certaines puissances étrangères dans le conflit. L'absence de cette pratique eut été surprenante dans un contexte de guerre de survie comme celui qui déchire la Syrie. Il est cependant une réalité que peu de gens savent sur certains massacres mis systématiquement sur le compte du régime de Damas par les instances internationales dès lors que leurs auteurs ne sont pas clairement identifiés.

L'État est le plus grand terroriste, "le plus froid des monstres froids" disait Nietzsche, ne reculant devant rien par le biais de ses gouvernements séculiers ou religieux, pour maintenir les privilèges et la domination du petit nombre sur la grande majorité. L'heure de se réveiller à ses turpitudes criminelles et génocidaires sonne depuis un sacré bout de temps !... - Résistance 71

Ces opérations sous faux-drapeaux furent utilisées pour déclencher des guerres

Le colonel à la retraite Lawrence Wilkerson, ancien chef de cabinet de Colin Powell sous l'administration Bush, s'exprime sur la façon dont le Président Obama devrait gérer les premiers signes selon lesquels la Syrie pourrait avoir utilisé des armes chimiques.


5 mai 2013

9 youtube

Tune in Mon - Thursday at 7e/4p on Current TV current.com

silviacattori.net

Dans Russia Today, le 4 mai 2013, Robert Bridge, spécialiste US du corporate power et auteur du livre Midnight in the American Empire, soutient in fine la thèse que le corporate power aujourd'hui dominateur absolu des USA, pousse ce pays vers une sorte de situation d'extermination rampante et à peine dissimulée, ou d'auto-extermination. La chose n'est pas dite en ces termes et apparaît d'ailleurs difficile à structurer "opérationnellement" pour répondre à une hypothèse aussi tranchée ; mais le titre y fait penser («Suicide watch: Is corporate power pushing Americans over the edge?») et l'esprit de la chose a de fortes chances d'exister selon l'état de la psychologie qu'on constate dans le corporate power.

Israël peut être derrière l'utilisation syrienne d'armes chimiques »

The Jerusalem Post


[DailyStar]

9 youtube


Les militants et les habitants de Damas ont rapporté de grosses explosions provenant de la montagne Qasioun, une position militaire stratégique pour les forces de Bachar al-Assad.

On connaît depuis longtemps, quasiment depuis l'attaque de septembre 2001, le tour polémique aigu qu'a pris le concept du "complotisme" (ou "théorie des complots"), dont l'expression falseflag est une des expressions sémantiques de représentation récemment mise en vogue et très utilisée aujourd'hui. Il s'agit d'abord d'une question centrale de communication accordée au règles de fer du conformisme-Système, avec le constat que l'idée même d'une telle hypothèse de montage a été, dans son principe, dès l'origine, non seulement rejetée mais diabolisée à l'égal des pires diabolisations imposées par le Système.

Pour la première fois dans l'histoire, un agent israélien d'origine pakistanaise a été arrêté à Lahore, aux alentours de la zone régionale de Seraiki. Des sources ont révélé que le coupable a été détenu à Guantanamo Bay pendant deux ans et demi, au cours de laquelle, il a subit un lavage de cerveau. Par la suite, il a été envoyé en Afghanistan où il a reçu un entraînement spécial dans la planification d'actes terroristes.

Une fois de plus, la voix officielle a changé son histoire sur ce qu'il s'est passé la semaine dernière lorsque Dzhokhar Tsarnaev a été capturé dans un bateau se trouvant dans la cour d'une maison d'un quartier de la ville de Watertown dans le Massachussetts. De l'agence Associated Press AP ce soir:

Les autorités ont dit originellement qu'il y avait eu un échange de coups de feu avec Dzhokhar Tsarnaev pendant plus d'une heure Vendredi soir dernier avant que les autorités ne fussent capables de le maîtriser.

26 avril 2013 - Cet article du 25 avril 2013 du Guardian, de Amanda Holpuch, nous a arrêtés. (Il ne s'agit pas d'un article d'opinion mais plutôt d'un article de recensement, qui entre donc aisément dans le contenu structurel du journal.) Le premier paragraphe suffit à expliquer notre intérêt : à la fois la mention du Guardian lui-même parmi les propagateurs des informations alimentant les thèses complotistes ; à la fois les guillemets qui restent attachés au qualificatif "officiel" de la "version officielle" de l'attaque, et qui peuvent indiquer que, finalement, et peut-être presque inconsciemment, le doute à l'encontre de cette version subsiste, et, par conséquent, par sa durée elle-même, ne cesse d'acquérir de la légitimité...