occupation

5 articles1 7 jours 30 90 1 2 3 4 5 6 7 8 j s

Jonathan Cook

Abbas semble impuissant devant les juifs extrémistes qui cherchent à prendre pied et s'imposer totalement dans la Mosquée d'Al-Aqsa.


Comme si la situation était stable et que Jérusalem-Est ne couvait pas un incendie, le gouvernement israélien nous a sorti, cette semaine, un projet de loi qui risque d'embraser la région. La mesure en question consisterait à lever les restrictions imposées aux juifs pour se rendre sur l'esplanade de la Mosquée d'Al-Aqsa, le site le plus sensible et névralgique du conflit israélo-palestinien.

Par Murielle Paradon
Correspondante à Jérusalem

Maximilien Leroy, auteur français de bandes dessinées, a été refoulé à son arrivée à l'aéroport de Ben-Gourion en Israël la semaine dernière alors qu'il devait exposer son travail à Béthleem, en Cisjordanie. Interrogé durant quatre heures, il s'est vu signifier une interdiction de territoire pendant dix ans.

Aucun motif ne lui a été clairement exposé mais selon l'auteur, interrogé par RFI, la conclusion de l'interrogatoire par un employé du ministère de l'Intérieur se résumait ainsi : « vous pourrez dire du mal de nous (d'Israël) autant que vous voulez dans votre pays, mais plus ici ».

Michel Warschawski

Dans le temps, l'état d'Israël avait de vrais chefs politiques. Leur capacité à mentir et à dissimuler leurs véritables (et repoussants) objectifs sous un semblant de modération et de bonne disposition pour un compromis, les avait rendus populaires autour du monde (occidental).


Ils prétendaient que le problème réel était le manque de partenaire de l'autre côté, qui serait prêt - car les chefs Israéliens étaient censés l'être - à faire de douloureux « compromis ».

Ramzy Baroud - Middle East Eye

Pour pouvoir considérer qu'un vrai changement de politique a eu lieu, il faudrait que la Grande-Bretagne cesse de soutenir Israël et de financer l'occupation, tout en agissant pour corriger l'injustice qu'elle a imposée aux Palestiniens il y a de cela un siècle, écrit Ramzy Baroud.


Il serait intellectuellement malhonnête de s'arrêter au vote, ce lundi 13 octobre, de la Chambre des Communes à propos d'un état Palestinien, sans creuser plus profond dans l'Histoire.

Ola Al Tamimi

« Ces écoles sont des lieux d'éducation, et non des maisons... L'UNRWA subit des pertes importantes en raison des dégradations occasionnées par les réfugiés aux équipements scolaires. » Cette déclaration du porte-parole de l'Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA) à Gaza au cours du dernier conflit était sans doute un peu hâtive et malavisée. Dans ces écoles, les « saboteurs » en question sont devenus des victimes avec les équipements scolaires endommagés.