occupation

5 articles1 7 jours 30 90 1 2 3 4 5 6 7 8 j s

Ola Al Tamimi

« Ces écoles sont des lieux d'éducation, et non des maisons... L'UNRWA subit des pertes importantes en raison des dégradations occasionnées par les réfugiés aux équipements scolaires. » Cette déclaration du porte-parole de l'Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA) à Gaza au cours du dernier conflit était sans doute un peu hâtive et malavisée. Dans ces écoles, les « saboteurs » en question sont devenus des victimes avec les équipements scolaires endommagés.

Jonathan Cook

Le mois dernier, lors de la célébration du Nouvel An Juif, les responsables Israéliens ont été piégés par leur mensonge révélateur. Peu de temps après avoir déclaré que le prénom masculin le plus populaire en Israël était « Youcef, » le ministère de l'intérieur a été contraint d'admettre que la première place revient en fait au prénom « Mohamed. »

Par In Gaza/Al-Akhbar
Le 20 octobre 2014, dans Al-Akhbar : "Un colon israélien renverse une fillette palestinienne de 5 ans - Une fillette palestinienne qui a été renversée par le véhicule d'un colon israélien dimanche a succombé à ses blessures, ont dit les médecins à Ma'an. Einas Khalil, 5 ans, est morte après avoir été renversée par une voiture conduite par un colon israélien près de Sinjil, petite ville située au centre de la Cisjordanie, ont dit des sources médicales au Complexe médical Palestine à Ramallah.

Par Yara Hawari
Depuis que la Conseil national palestinien (CNP) a déclaré unilatéralement l'indépendance en 1988, plus de 130 pays ont reconnu l'Etat de Palestine. En fait, il y a à peine une semaine, le nouveau Premier ministre suédois, Stefan Löfven, a déclaré, dans un communiqué de politique étrangère, que la Suède allait reconnaître l'Etat palestinien.

Asmaa al-Ghoul

Dès que la guerre s'est interrompue, Abu Abdel Rahman (un nom d'emprunt), combattant de 26 ans des Brigades Izz ad-Din Al-Qassam, a quitté les tunnels où il avait dirigé des opérations contre les forces israéliennes.


Revenu à sa vie normale, il partage son temps entre le travail dans la force de police palestinienne, les études et sa famille. La guerre, cependant, n'a pas quitté Rahman.