témoignage

96 articles 1 7 30 90 1 2 3 3 à 4 ans 5 6 7 8 9 j s
1 2 4 5

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) est partie en guerre contre les Anonymous. Hier, deux membres supposés étaient mis en examen dans le cadre d'une enquête sur l'opération Greenrights ; une manifestation numérique contre le nucléaire qui avait notamment visé les serveurs d'EDF. Nous nous sommes entretenus avec Pierrick Goujon, l'un de ces soi-disant Anonymous diabolisés par la DCRI.

Témoignage de Samir Abdallah, qui est en ce moment au Caire sur la foule rassemblée et les revendications..

"Salam, la photo c'est sur la Une du journal Al Tahrir de ce 25 Janvier 2012 dit :

"Le peuple veut toujours :
1. le transfert du pouvoir à une autorité civile
2. Election d'un nouveau Président
3. Un juste châtiment pour les assassins des martyrs de la révolution

PCHR Gaza

« Le 2 janvier est une date qui ressemble aux autres. Chaque jour et chaque minute me paraissent comme l'instant où j'ai perdu mes deux garçons. Je n'arrive pas à les oublier et ma douleur refuse de s'apaiser car tout autour de moi porte un souvenir d'eux. »

L'heure indiquait 14h30 en ce 2 janvier 2009 lorsqu'un drone israélien a tiré un missile su

PCHR Gaza

« Avant la mort de ma mère, nous étions toujours très heureux le 1er janvier, et nous fêtions et faisions des visites. Maintenant nous sommes tous silencieux lorsque arrive la dernière heure de l'année et le 1er janvier, nous ne célébrons pas la nouvelle année. Nous visitons la tombe de notre maman. Et nous nous souvenons. »

« Nous ne célébrons

par Marie-Ange Patrizio

Chers amis, voici la dernière partie de mon récit de séjour en Syrie, que j'ai différée depuis plusieurs semaines.

Il y a deux mois exactement, j'avais quitté Damas ville sûre, tranquille et agréable ; elle a depuis été la proie de deux attentats, les agresseurs passant à une autre étape du terrorisme contre le peuple et le régime syriens. Et puis, ces jours-ci, dans la ville de Homs, le massacre d'une manifestation « pro-régime » faisant 26 blessés et 8 morts : 7 Syriens anonymes et un journaliste français : mort immédiatement exploitée ici comme unique par certains confrères de la victime qui, sans trop de scrupules déontologiques, écrasent l' «instant du regard » en se précipitant dans un « moment de conclure » [1] qui semble avoir été écrit avant même leur départ sur le terrain [2].

PCHR Gaza

« Si notre destin est de mourir, je souhaite que nous mourions tous ensemble. Je ne voudrais pas que quelqu'un d'entre nous se retrouve seul à endurer cette douleur. »

Il était 15 heures en ce 1er janvier 2009 lorsque des avions militaires israéliens ont bombardé le château d'eau qui était en face de la maison de la famille Nasla, située au nord de Beit Lahiya.

Par Amal
Amal est une militante d'ISM. Son nom a été changé.

Ni le froid et la pluie, ni même la tempête de grêle n'ont empêché les habitants de Kufr Qaddoum de protester vendredi dernier pour d'exiger leurs droits. Les mots sont vains pour exprimer la résilience et le courage des habitants du village, près de Qalqiliya. Mais ce n'était pas là le message qu'ils voulaient diffuser. Outre leurs revendications quotidiennes pour la justice, ils voulaient exprimer leur angoisse sur la "judaïsation de Jérusalem".

Par Anne Paq
C'est ce je pensais aujourd'hui en passant par le checkpoint de Bethléem, lorsque j'étais coincée entre des barres avec une foule... une scène très familière au checkpoint.
Cela m'a vraiment mise de mauvaise humeur, mais tous les Palestiniens autour de moi gardaient leur sang-froid, alors cela m'a aidé à surmonter ma frustration. De l'humiliation, de l'humiliation pure, voilà de quoi il s'agit.

PCHR Gaza

« La première image qui se dessine devant mes yeux quand je me réveille le matin est celle de mes enfants. Je me lève et je sors dehors où je revois les endroits où ils avaient l'habitude de jouer. A cause de ces images qui défilent sans cesse dans mon esprit, j'ai décidé de ne plus sortir, ni de côtoyer d'autres personnes. Je passe la majeure partie de mon temps à la maison. »

Simon de Beer

J'ai écrit ce texte de retour de Libye, en août dernier. La « chute » de Tripoli m'avait dissuadé de le publier, estimant que personne ne prendrait mon témoignage au sérieux. Aujourd'hui que la Libye est plongée dans le chaos, qu'islamistes et milices y font - comme c'était prévisible - la loi tandis que grands patrons et industriels occidentaux négocient de juteux contrats (1) ; aujourd'hui que la Syrie est à son tour menacée d'une guerre basée sur des mensonges et dont les conséquences seraient encore une fois pires que le mal que l'on prétend combattre (2), j'ai pensé qu'il était utile de le publier pour montrer à quel point les grands médias peuvent déformer la réalité d'un conflit et tromper ainsi l'opinion.

bourgoing

Je monte à bord d'une épave d'autobus dans laquelle, avec une trentaine de compagnons d'infortune, je vais affronter les 900 kilomètres qui séparent Cotonou (Bénin) d'Abidjan (Côte d'Ivoire), en passant par le Togo et le Ghana. Les passagers ne comprennent pas ce qu'un Blanc fait là alors qu'il y a l'avion et des autobus climatisés avec tout le confort.

Murat Kurnaz
Translated by Fausto Giudice

J'ai quitté Guantánamo Bay dans les mêmes conditions où j'y étais arrivé presque cinq ans auparavant : les mains enchaînées à la taille, la taille aux chevilles et les chevilles au plancher de l'avion. Mes oreilles et mes yeux étaient bouchés et ma tête recouverte d'une cagoule et, alors que cette fois-ci j'étais le seul détenu à bord du vol, j'ai été drogué et surveillé par au moins 10 soldats.

Par Eva Bartlett
"Dans les périodes difficiles, nous avons survécu grâce à l'huile d'olive," dit Ahmed Sourani, du PARC. "Y compris pendant la dernière guerre," dit Sourani, faisant référence aux 23 jours d'attaques israéliennes sur Gaza il y a trois ans. "Beaucoup de gens qui ne pouvaient pas quitter leurs maisons n'avaient que le pain et l'huile d'olive pour tenir pendant de longues périodes."

Une serre de jeunes plants d'oliviers à Gaza pour restaurer une culture décimée

Par Sliman
Un vendredi, fin d'après-midi, le soleil couchant en toile de fond, les collines de pierres ocre et rouge décorées de l'herbe verte qui n'a pas manqué d'accourir sitôt passées les pluies de l'hiver... Je suis assis au sommet, le dos calé contre une pierre qui n'a pas eu assez de la journée pour se réchauffer, et je regarde, j'observe la vie autour, après ce jour "a la campagne"...

Deux enfants d'une douzaine d'années remontent lentement la pente, la veste bleue de l'un faisant écho au sac en plastique du même bleu que porte l'autre ; à mi-colline, est en train de paitre avec insouciance un beau mulet grisonnant, les pattes entravées d'une corde afin qu'il n'aille pas se mettre à galoper par monts et par vaux au moindre bruit ; l'enfant en bleu ciel s'approche de l'animal, le libère de la corde et en faisant un licol l'emmène d'un pas tranquille vers sa maison...

Obama, prix Nobel de la paix ???

"Ce mercredi 10 janvier, il y aura dix ans qu'a été ouvert le camp américain de détention dans la baie de Guantanamo. Durant sept de ces dix années, j'y ai été détenu sans chef d'accusation ni explication. Pendant tout ce temps, mes filles ont grandi sans moi. Elles marchaient à peine quand on m'a jeté en prison et jamais elles n'ont eu la permission de me rendre visite ni de me parler au téléphone.

Les détenus palestiniens libérés par Israël dans le cadre de « l'échange Shalit » font face à un terrible harcèlement. Nous en avions parlé. Voici de nouveaux témoignages.

"La liberté très surveillée des anciens prisonniers palestiniens

Hasan Slameh venait d'être libéré « sans condition », dans le cadre de l'accord conclu entre Israël et le Hamas

« Je pense à elles tout le temps, elles me manquent terriblement. Parfois, il m'arrive même d'aller chercher l'une d'elles dans la maison avant que je ne réalise, en un laps de temps, qu'elles ont été tuées. »

L'heure sonnait minuit ce 29 décembre 2008 lorsqu'un avion israélien a bombardé la Mosquée Imad Akel du camp de réfugiés de Jabaliya.

Par Jack Shenker

Malgré le rôle crucial joué par les militaires dans les bouleversements en Egypte, on entend assez peu la voix de ceux qui sont au coeur des forces armées: les officiers subalternes dont la loyauté, ou l'absence de loyauté, envers les militaires pourrait déterminer l'issue de la révolution. Aujourd'hui, un homme de l'intérieur de l'institution a écrit un témoignage exceptionnel sur la vie dans l'armée égyptienne.

G.C - Récit d'un séjour en Palestine

Récit d'un séjour en Palestine : 1er au 10 Juillet 2011

Préambule

Il est des endroits sur terre que l'homme un peu curieux, concerné, désire visiter afin de confronter l'idée que les médias lui en ont façonnée et la réalité des choses... Surtout que, depuis la floraison des sites alternatifs sur le web, on se rend compte petit à petit qu'on vous a déformé, voire caché la vérité depuis toujours...

1 2 4 5