72 articles

Par Salah Hamouri
Propos recueillis par Armin Arefi.

Sept ans. Il aura fallu presque sept ans pour que le jeune Franco-Palestinien Salah Hamouri recouvre la liberté. Une peine purgée dans sa quasi-totalité pour que le président Nicolas Sarkozy intervienne en sa faveur, à l'occasion de la seconde vague de libération de 550 prisonniers palestiniens obtenue par le Hamas, en échange de la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit.

Mascarade

Par Rédaction (19 décembre 2011)

Des membres du Mouvement des chômeurs et précaires en lutte (MCPL) se sont présentés dans une des agences de Pôle emploi à Rennes pour assister à un entretien collectif « obligatoire » destiné aux enseignants chômeurs. Outrés par l'attitude méprisante et les propos infantilisants tenus par madame C., responsable d'équipe à l'agence, les membres du collectif ont réagi en lui adressant une lettre ouverte.

Par Pam Bailey
[> pam.palestine@gmail.com]

Pam Bailey, de Washington, est une militante pour la paix et professionnelle dans la communication. Son article a été publié sur The Electronic Intifada le 14 décembre 2011.

Le 19 décembre, le second groupe de prisonniers palestiniens faisant partie de l'échange avec le soldat israélien capturé doit être libéré. 550 hommes pourront enfin goûter à la liberté après des années - des décennies pour certains - derrière les barreaux.

Par Anne Paq
Dans une démonstration flagrante de la politique discriminatoire utilisée par les autorités israéliennes dans la manière de traiter les manifestants et activistes qui se mobilisent contre l'occupation, sur les 21 personnes qui ont été arrêtées hier pendant la manifestation de Nabi Saleh le 16.12.2011, tous les israéliens et internationaux ont été libérés tandis que deux Palestiniens sont toujours en détention et font face à des accusations ridicules telles que d'avoir attaqué des colons israéliens ou d'avoir jeté des pierres.

Par William
William milite avec ISM. Son nom a été changé.

Avec sept autres camarades de l'ISM, nous participions aux funérailles de Mustapha Tamimi tué deux jours plus tôt à Nabi Saleh par des soldats israéliens lors de la manifestation hebdomadaire contre la colonisation.
D'abord à Ramallah puis dans son village de Nabi Saleh, des centaines de personnes, palestiniens et internationaux, ont accompagné le corps de Mustapha et soutenu sa famille.

par Marie-Ange Patrizio

tageo.comRécits de visites à des blessés de « l'armée des barbouzes »[1]

Je reprends mon récit de voyage avec deux étapes que j'évoquerai en réaction à la lecture d'articles parus récemment dans quelques uns de nos media dits indépendants (Monde Diplomatique, Libération, La Vie, Le Monde) et dépêches de l'AFP (tout à fait indépendante elle aussi).

Shahd Abusalama

C'est dans un agréable restaurant donnant sur la plage de Gaza, et sous une pleine lune entourée d'un beau halo que je me suis rendue avec mes nouveaux amis qui ont dernièrement été libérés des prisons israéliennes.


Sortis de prison, c'est vrai, mais les lois inhumaines israéliennes ont imposé des restrictions à leur liberté, dont la déportation indéfinie de la Cisjordanie, les éloignant ainsi de leurs familles et de leurs amis.

Par Sarah
Sarah est une militante d'ISM. Son nom a été changé.

Lundi 5 décembre, à Azzun, dans le district de Qalqiliya, une usine de pierre a été détruite à 6h du matin. Le propriétaire, Hussain Anam, nous a expliqué que la fabrique a été construite il y a 3 ans, mais qu'il n'a appris la démolition que lorsque le bulldozer est arrivé ce matin. L'ordre de démolition dit que l'usine a été construite sans permis.

Par Marie-Ange Patrizio

Je reprends mon récit à partir de ce que j'ai entendu cette semaine sur la Syrie dans nos media, et en particulier sur Homs. « Images volées qui mettent en danger la vie de ceux qui font ces images », « au-delà (sic) de la barbarie » (?!). « D'abord qu'est-ce qui reste de la ville ? On a des images de l'Égypte, mais de la Syrie rien ou presque rien » (1). Et pas grand-chose de plus après ces émissions et reportages.

Par Anne Paq
Des milliers de travailleurs palestiniens passent par le checkpoint "Eyal", situé au nord de Qalqiliya pour atteindre leur lieu de travail en Israël. Ils doivent passer par différents contrôles de sécurité, certains très humiliants, comme les fouilles corporelles. La traversée peut prendre entre 30mn et 2 heures. Les Palestiniens commencent à être au checkpoint à partir de trois heures.

Lundi 14 novembre au matin, les employés de BNP Paribas Securities Services (BP2S), l'activité de titres de BNP Paribas, ont reçu un étonnant mail de leur ancien directeur, Jacques-Philippe Marson :

Intitulé "Histoire d'un licenciement abusif", son site sur Tumblr (une plate-forme de microblogging) met sur la place publique les affaires internes qui ont abouti à sa mise à pied fin 2009, suivi de son licenciement pour faute grave.

Par Alistair George
Alistair George est milite avec ISM. Son nom a été changé.

"Les Israéliens espèrent que les jeunes partiront, que les vieux mourront et qu'ils pourront ensuite s'emparer de la terre et des maisons," dit Sami, un activiste travaillant à Al Baqa'a, une vallée balayée par le vent à quelques kilomètres à l'est d'Al-Khalil (Hébron). Ce que vit la famille Jaber à Al Baqa'a est semblable à ce que vivent beaucoup d'autres Palestiniens dans le secteur, une pression extraordinaire et quotidienne de la part des militaires israéliens et des colons installés dans le voisinage.

Article source:: paolaharris.com

Le professeur Stephano Breccia a conduit une carrière remarquée comme ingénieur en électricité, et a enseigné dans diverses universités d'Italie et d'Europe, avant de se retirer. Il est l'auteur de « Mass Contacts » (Contact de masse), un livre qui détaille l'évidence de la présence d'Extraterretres paraissant comme des hommes et qui ont vécu dans plusieurs bases souterraines en Italie de 1956 à 1978.

Par Sophie
Ceci n'est pas, à proprement parler, un compte-rendu de mission mais une narration des choses vues, d'évènements vécus pendant quinze jours, et des sentiments, émotions, angoisses, qu'ils ont suscités en moi.
Je n'étais jamais allée en Palestine. Je souhaitais depuis longtemps aller sur place et je me suis décidée en répondant à l'appel de l'UAWC (Union of Agricultural Work Committees) pour participer à la cueillette des olives, pendant laquelle la présence d'internationaux est censée modérer les attaques des colons israéliens contre les paysans palestiniens.

La radio libre américaine, de sensibilité conservatrice - mais pas « néo » -, The Alex Jones Show, est diffusée à travers tout le territoire américain via une soixantaine de radios FM et AM. Elle diffuse ainsi quotidiennement des informations et des analyses assez différentes du mainstream et des grands médias. Son animateur, Alex Jones, 37 ans, est né et vit au Texas.

Entretien de Christophe Lamfalussy

Le Libyen Khaled Hamidi a déposé plainte en Belgique contre l'Otan. Désormais recherché par Interpol, il s'explique dans une interview au Caire.

7 novembre 2011

C'est un homme en état de choc que "La Libre" a longuement rencontré dans un hôtel du Caire. Un homme dont le destin a basculé en quelques minutes en juin dernier et qui se raccroche à quelques photos de famille.

Selon le quotidien israélien Yediot Ahranot, le soldat Gilad Chalit a confié à ses proches, qu'il était traité comme un hôte par le Hamas et non comme un captif !

{C}Gilad a ajouté, qu'il comprend maintenant la langue arabe mais qu'il était incapable de tenir une conversation dans cette langue. Par ailleurs, il a été autorisé à garder sa montre à la main tout le long de sa captivité, et ses ravisseurs lui servaient une ration de poulet tous les vendredis, ce qui lui a permis de connaitre les jours de la semaine.Les parents et les amis de Chalit qui ont pu s'entretenir avec lui au cours de "la Fête du Trône", ont fait savoir qu'il commence progressivement à faire la lumière sur ses conditions de captivité durant les cinq années et demi entre les mains du Hamas.

Sangwon Yoon & Mohammad Alsaafin

La semaine écoulée, le Hamas et Israël ont conclu un accord prévoyant la libération de mille vingt-sept (1027) palestiniens contre...un israélien.

Baptisé « L'accord d'échange Shalit », du même nom de Gilad Shalit, le soldat israélien de 25 ans détenu depuis plus de cinq ans dans la Bande de Gaza, l'arrangement spécifie la libération en deux phases des prisonniers palestiniens.

Shahd Abusalama

Les familles des prisonniers veillent à ne pas manquer une seule journée de la manifestation hebdomadaire, de sorte que le nombre de personnes à l'intérieur des bâtiments de la Croix-Rouge est plus important que d'habitude ce lundi.

On devrait donc s'attendre à voir beaucoup de larmes et à entendre beaucoup de récits tragiques, surtout après que les noms des prisonniers devant être libérés aient été rendus publics.