témoignage

115 articles 1 7 30 90 1 2 3 3 à 4 ans 5 6 7 8 9 j s
1 2 4 6

PCHR Gaza

« Je ne peux même pas prendre un autre enfant dans mes bras. J'ai eu un petit-fils, il est âgé de six mois, mais je n'ai pas encore pu le prendre dans mes bras ; je sens que cette place appartient à Fares. »

Le matin du 11 janvier 2009, la maison de Intissar Hamouda, 41 ans, dans le quartier Tal Al-Hawa dans la ville de Gaza, a été attaquée pa

Edward Saïd - Revue d'Etudes Palestiniennes Hiver 1993

Le vendredi 12 juin [1993], vers 19 h 45, notre vol Air-France atterrissait à l'aéroport de Tel-Aviv-Ben-Gourion. Je suis né à Talbiya, Jérusalem-Ouest, en novembre 1935, et je n'y étais jamais revenu, pour une série de raisons tant politiques que personnelles, depuis la fin de l'année 1947, à la veille de la chute de Talbiya aux mains des forces juives.

PCHR Gaza

« J'étais blessée lorsque j'ai quitté mes enfants, mais je marchais et je ne laissais rien apparaître devant eux. Le moment le plus difficile reste sans doute le jour où je suis retournée à la maison avec une seule jambe. J'étais une nouvelle Wafa, différente de celle que j'étais. J'étais supposée être heureuse à mon retour ainsi que les gens autour de moi, mais tout le monde pleurait. »

Article d'Amira Hass, dans Haaretz, sur la recrudescence des mesures vexatoires à l'encontre de la population d'Hébron, par la "Brigade Golani".

Avec l'arrivée de cette brigade en décembre (qui a pris le relais d'autres bataillons israéliens envoyés protéger les colons les plus fanatiques des territoires palestiniens, ceux qui ont tué 27 Palestiniens en prière dans la Mosquée d'Ibrahim en 1994), la situation ne s'est pas arrangée pour les habitants d'Hébron.

Par Wadi Hilweh Information Center
La municipalité de Jérusalem a créé un dépôt d'ordures à l'intérieur du cimetière islamique (Bas Alasbat), près de la Porte des Lions, dans la vieille ville. Les milliers d'habitants musulmans de la ville sont bouleversés et choqués. La Porte des Lions, qui est proche de la Mosquée sacrée d'Al-Aqsa, est maintenant envahie par la puanteur insupportable des ordures accumulées.

Par Popular Struggle Coordination Committee
20.02.2012 - Bassem Tamimi, de Nabi Saleh, a témoigné hier dans le cadre de la défense de son procès en cours. Tamimi, accusé d'avoir organisé des protestations, a été arrêté en mars l'an dernier, et est depuis en détention.

Après 11 mois dans une prison israélienne, Bassem Tamimi, éminent activiste palestinien de Nabi Saleh, a plaidé sa cause devant le tribunal militaire sur les allégations portées contre lui, les réfutant en bloc tout en faisant sienne la lutte de son village contre l'occupation et le vol de ses terres.

Par Ziad Medoukh
Depuis plus d'une semaine, la bande de Gaza vit une véritable crise humanitaire. La fermeture de l'unique centrale électrique a provoqué de longues coupures de courant, jusqu'à 18 heures par jour, ce qui signifie que la maison ou le quartier ont droit à six heures d'électricité quotidiennes. Vous imaginez ? Plus d'un million sept cent mille habitants privés d'électricité pendant des jours et des jours !

PCHR Gaza

« L'armée israélienne se décrit comme l'armée la plus morale au monde. Et pourtant, cette même armée n'a pas respecté le droit à la vie de ma fille et l'a tuée. »

L'histoire de la famille Abu Oda a commencé le 9 janvier 2009 lorsque leur maison, située dans le quartier Al Amal à Beit Hanoun a été la cible d'une pluie de tirs provenant des postes de

Par PNN
L'ONG « Defense for the Children International » a révélé que l'arrestation d'un adolescent de 16 ans, Mahmoud Omar Faqeh, s'est effectuée en totale violation des standards internationaux les plus élémentaires en matière de traitements des mineurs en cas d'arrestations. L'adolescent, originaire du village de Qattana au nord-ouest de Jérusalem, a expliqué à l'ONG qu'il se trouvait avec ses amis près du mur d'Apartheid, dans le village de Beit Sourek, quand il a été attaqué par des soldats israéliens.

Mes yeux ne voient plus que larmes et funérailles dans toute la Syrie (témoignage)

par Fayrouz H

On voit les dépouilles de nos martyrs sortir des maisons et des hôpitaux. On leur jette des fleurs et du riz. On voit des cortèges les accompagner vers leurs villes et villages pour y être enterrés.

On voit des paysans et des villageois dont beaucoup sont très pauvres les entourer. On voit le long de villages verdoyants et d'autres montagneux, le cortège des dépouilles tracer son chemin dans les herbes du printemps précoce et des pins.

PCHR Gaza

« Les autres enfants ne cessent de parler de Dima et des souvenirs de ce qui s'est produit. 'Nous voulons mourir comme Dima' est ce que les enfants me disent parfois à cause de toute leur angoisse et de nos mauvaises conditions de vie. »

Le 8 Janvier 2009, à environ 11 heures du matin, quatre missiles ont été tirés sur la maison de Juma'a al-Rahel

« Ce serait génial que quelqu'un me conduise jusqu'au désert pour m'y abandonner, comme ça je n'aurais plus à supporter quiconque. »

Les forces israéliennes avaient, en ce 7 janvier 2009, pris pour cible la Mosquée al-Taqwa, située dans le quartier Sheikh Radwan dans la ville de Gaza. Il était 9h30 quand l'attaque s'est fait entendre, à environ 150 mètres de


Ce midi Place de la Constitution il y a déjà du monde. En face du «Parlement», la police veille devant le bâtiment maudit. Les manifestants arrivent de partout. Durant toute la journée nous commentons les nouvelles. Toutes les nouvelles, bonnes ou mauvaises. Mais quelles peuvent-elles être enfin ces bonnes nouvelles ? Eh bien en voilà une, qui heureusement ne passe pas inaperçue dans le reste de l'Europe : «Les agents hospitaliers de Kilkis, en Grèce, ont occupé leur hôpital local et ont publié une déclaration disant qu'il était désormais entièrement sous contrôle ouvrier.

par Dr Nadia Khost

Les citoyens occidentaux sont systématiquement désinformés sur la Syrie, comme hier sur la Libye ou sur l'Irak. Le 1er février, l'écrivaine Nadia Khost, a rencontré une Syrienne qui réside à Damas, originaire de Homs, et dont le frère a été kidnappé et assassiné à Homs. Le témoignage poignant qu'elle a recueilli décrit une réalité que l'ONU, Amnesty International, Human Rights Watch ignorent ou dénaturent.

par Kipa Apic

Damas, 9 février 2012 (Apic) L'insurrection armée en Syrie "s'islamise" de plus en plus, d'après divers témoignages récoltés sur place par l'agence de presse catholique AsiaNews, à Rome. Le patriarche melkite Grégoire III Laham, qui réside habituellement dans la capitale syrienne Damas, refuse cependant pour l'instant de qualifier d'intercommunautaire le conflit qui ensanglante son pays.

Par ISM
Témoignage rédigé par Jonas Weber, activiste d'ISM. Son nom a été changé.

Le 5 février, une délégation d'activistes d'ISM est partie à Tubas, à 30 minutes en voiture au nord-est de Naplouse. A la mairie, nous avons été accueillie par Marwan E. Toubassi, gouverneur de Tubas, avec des gâteaux et du café pendant que Toubassi nous parlait de sa municipalité. Appelée le grenier de Palestine, la région a la taille de la Bande de Gaza et englobe plusieurs villages et les parties nord de la Vallée du Jourdain.

« Ce que j'ai vu ne ressemble absolument pas aux déclarations optimistes des responsables militaires américains, » écrit le Lieutenant Colonel Davis, revenant d'un an de service en Afghanistan. Loin des succès annoncés, il décrit des forces de sécurité locales qui ont pactisé avec des talibans - sachant qu'ils vont revenir au pouvoir - et des soldats occidentaux qui ne contrôlent bien souvent que le périmètre immédiat de bases et de fortins plantés en pays hostile.

Témoignage

Le Syrien qui témoigne ici vit à Homs, dans le quartier où a été tué Gilles Jacquier en même temps que huit sympathisants syriens du gouvernement Assad. Les obus tombaient tout autour de son immeuble au moment où nous parlions. Tétanisé par la peur et l'angoisse de la mort qui rôdait, il parlait à voix basse, difficilement.

Nous croyons ce que ce cadre, père de deux enfants, nous a dit avec sobriété.

PCHR Gaza

« Parmi tous ceux qui ont été tués, les corps de neuf personnes n'ont pas été trouvés, avec parmi eux les corps de ma femme et de mes enfants. J'ai fait tout mon possible, avec le personnel de la défense civile, pour retrouver leur corps. Tout ce que nous avons trouvé, c'était des morceaux de chair que l'on ne pouvait pas identifier. »

Le 6 janvier 2009, à environ 5 heures 45, un avion israélien a bombardé la maison de la famille al-Dayah dans le quartier de Zeitoun à Gaza.

1 2 4 6