témoignage

130 articles1 7 30 90 1 2 3 4 5 6 7 7 à 8 ans j s

D’après leurs cartes d’identité vertes, ce sont des habitants des Territoires, mais le sort a décidé de les laisser du côté israélien du Mur...

mardi 30 octobre 2007
Gideon Lévy - Ha’aretz

Les membres de la famille Al-Qa’abneh ont toujours su, durant toutes ces années, qu’ils vivaient dans les Territoires, tout près de Bir-Naballa. Jusqu’à ce que le Mur de séparation arrive et les laisse du côté israélien, avec seulement une porte étroite leur permettant de se rendre aux écoles et lieux de travail du village. Il y a un mois, Israël a fermé la porte. 63 Bédouins en état de siège.

Il a passé 3 ans à Guantánamo comme « combattant ennemi » ; il a vu des compagnons se faire assassiner. Mais il ne recherche pas la vengeance. Ils se sont présentés chez lui à minuit –c’est classique - mais ce n'était pas une banale descente de police. Les hommes armés qui se tenaient sur le palier de Moazzam Begg ne portaient pas d'uniforme. Sans un mot, ils ont jeté à terre le travailleur humanitaire britannique et lui ont attaché les bras et les jambes dans le dos.

Les soldats revenant d’Irak racontent que le moral des troupes est si bas qu’ils sont nombreux à se contenter de garer leurs véhicules à l’abri, tout en prétendant être en mission de patrouille, en pratiquant ce qu’ils surnomment le « chercher à éviter » plutôt que le « chercher à détruire. »

Par Dahr Jamail, Asia Times, 26 octobre 2007

Phil Aliff est un soldat d’active de la 10ème Division de Montagne, stationnée à Fort Drum. Il a servi près d’un an en Irak, d’août 2005 à juillet 2006, dans les régions d’Abu Ghraib et de Fallujah, à l’ouest de Bagdad.

« On est dieu »
Une étude israélienne : ‘Des soldats israéliens ivres de pouvoir et de violence’

Une enquête de sociologues israéliens vient d’être publiée seulement dans l’édition en hébreu du quotidien israélien Haaretz. Or, tout le monde doit en être informé.

S’exprimant librement, les soldats ont dévoilé des crimes affreux auxquels ils ont participé : meurtres, fractures infligées à des enfants palestiniens, actes d’humiliation, destruction de biens, des cambriolages et des vols.

Les reportages se consacrant sérieusement au sort des réfugiés irakiens sont rares dans la presse occidentale. Le réseau McClatchy vient d'en publier un très beau, en anglais: «Millions of desperate Iraqis stream into Syria».

Julie Kara avait, le 10 juillet 2006, évoqué cette question dans un fort intéressant article, qui n'est plus en ligne sur le webzine Bakchich Baba, mais qu'on peut encore trouver ailleurs: «Les réfugiés de Beyrouth».

Il a été révélé à l'enquête hier que, « Deux tueurs à motocyclette ont braqué un puissant flash sur la voiture de la princesse Diana avant qu'elle s'écrase. »

François Levistre conduisait devant la Mercedes quand elle s'est écrasée en tuant Diana et son amant Dodi Fayed.

Il a dit au jury que la moto s'est arrêtée et que le passager du siège arrière a marché vers l'épaves de la voiture, l'a inspectée puis a fait le signe d'un arbitre quand un boxeur est compté KO.

Des centaines de milliers de travailleurs et de jeunes ont manifesté partout en France le 18 octobre pour protester contre les attaques du gouvernement de droite du président Nicolas Sarkozy sur les retraites, élément important d’une vaste atteinte aux droits sociaux et aux conditions de vie. Une équipe du WSWS a interviewé des manifestants à Paris.

Par une équipe du WSWS 22 octobre 2007

Jamel qui travaille à Suez énergie : « Les régimes spéciaux, c’est ce qui me fait bouger.

Chaque année, des milliers d’étudiants ne peuvent pas entrer à l’université car les frais d’inscription sont hors de leur portée : 300 à 1000 Euros, et encore plus aujourd'hui, suite au siège imposé par la communauté internationale, dont l'Europe !
"Adopter" un étudiant(e), l'accompagner avec attention durant ses années d’études - à Balata, Askar, Naplouse, Jénine - ne veut pas dire faciliter leur départ de Palestine, une fois les études terminées.

Diaporama de photos prises par la photographe Farah Nosh, intitulé « Irak, Brutalement Blessés » ainsi qu'une interview explicative de la photographe réalisée par Nina Berman du site AlterNet.

AlterNet et le multimédia BAGnewsNotes co sponsors, sont honorés de présenter le diaporama de photos « Irak, Brutalement Blessés » suivi d'une interview de la photographe Farah Nosh par Nina Berman.

Pierre-Henri Bunel Commandant français, officier de renseignement, ayant eu quelques problèmes avec certains américains en Bosnie, ... Tout » auteurs de Mes services secrets, Souvenirs d'un agent de l'ombre, Flammarion, Paris 2001 ; Crimes de guerres à l'Otan, Edition n°1 2000, Editions Carnot 2001 ; Ces terroristes qui dévoilent l'Islam, Carnot, Paris, 2001.

On retrouve pas mal d'élément de Who K

Hommage à Thomas Sankara

A l’occasion du 20ème anniversaire de l’assasinat du dirigeant progressiste du Burkina Faso, nous publions un entretien qu’il avait accordé en 1985 à la revue Peuple Noirs Peuples Africains.

Interview du Président Thomas Sankara pour la revue Peuples Noirs Peuples Africains. Par Mongo Beti. 1985.

Mongo Beti - La première concerne la sécurité du Président et l’avenir du régime ipso facto.

Nous publions ci-dessous une lettre que nous a adressée notre ami Jacques-Marie Bourget, journaliste, victime d’une tentative d’assassinat en 2000 à Ramallah. (Acrimed)

Jacques-Marie Bourget
Publié le mardi 16 octobre 2007

Le 21 octobre 2000 vers midi, avec Thierry Esch, photographe à Match, nous quittons Gaza où nous venons de passer une dizaine de jours. Après un détour par l’aéroport Ben Gourion, pour y expédier des films, nous nous dirigeons vers Ramallah où nous arrivons vers 15 heures.

NOUS NE FERMERONS PAS NOS GUEULES…
Depuis quelques mois je parcours l'Amérique, du Colorado à la Californie, et je parle avec des Américains de toutes les couches de la société sur les questions des libertés, sur les attaques qu'elles subissent en ce moment et sur le programme en dix étapes qui est en cours pour faire de ce pays une société fermée et répressive.

[par Naomi Wolf - 10/10/2007 - Trad. Grégoire Seither]

La démobilisation gagne sur la résistance à l’occupant

Nous avons pu rencontrer Jamalat Abou Youssef lors de son récent passage au Québec où elle séjournait à l’invitation de l’association PAJU (Palestiniens et Juifs unis).

par André Le Corre
Mondialisation.ca, Le 12 octobre 2007

Fille d’une famille paysanne palestinienne, elle est née à Helhoul, près d’Hébron, en 1962.

J’ai suivi le débat dans les colonnes de ce journal avec un mélange d’intérêt et d’incrédulité. Je me demande combien de ceux qui accusent Tom Hickey et Derek Summerfield « d’avoir un parti pris anti-israélien » et « d’antisémitisme » ont visité Israël et la Cisjordanie ou Gaza afin de voir les faits par eux-mêmes. J’ai eu la chance de visiter Israël et la Cisjordanie pendant deux semaines en août.

« On y avait amené quelqu’un et on l’a oublié là pendant trois jours... menotté et bâillonné, il ne pouvait pas parler, il ne pouvait pas bouger, il ne pouvait rien. Trois jours plus tard, je ne sais plus qui est passé là par hasard, et s’en est souvenu. »

lundi 8 octobre 2007
Dalia Karpel - Ha’aretz

{{Scène de checkpoint - Les Palestiniens sont interdits d’accès à la mosquée Al Aqsa pour la prière du vendredi - Photo : Ma’an Images}}

vendredi 5 octobre 2007
Ziad Medoukh


C’est difficile pour un Palestinien de Gaza qui a l’habitude de dénoncer les crimes de l’occupation contre son peuple, de décrire la situation actuelle dans la Bande de Gaza qui est devenue dramatique sur tous les niveaux avec des conséquences très graves sur toute la population.

Gaza qui était toujours une ville résistante contre l’occupation israélienne et ses mesures est en train de vivre une division, une déchirure,et des affrontements entre frères et partis politiques palestiniens,mais surtout elle est en train de vivre un éloignement géographique et politique du reste de la Palestine et du reste du monde.

Les 1 et 2 octobre, en signe de « bonne volonté », Israël a libéré 57 prisonniers de Cisjordanie et 29 de Gaza. Pour chaque Palestinien qu’Israël décide, rien n’est comparable à la joie de retrouver un fils, une fille, un père ou un époux sortis des griffes de l’incarcération israélienne. Même dans le monde terriblement déformé de la Palestine, où l’absolu n’existe pas et où chaque acte politique est disséqué, analysé et re-analysé, la libération d’une poignée de prisonniers palestiniens des prisons israéliennes reste un événement heureux.


Traduction abrégée d'un article paru dans le supplément du week-end du 21/09/07 en hébreu du quotidien israélien Haaretz intitulé "HAMEDOVEVET" de Dalia Karpel. "Ce qui est génial c'est que vous n'avez pas à suivre de loi ou de règle. Vous sentez que VOUS ETES LA LOI ; vous décidez. Une fois que vous entrez dans les territoires occupés VOUS ETES DIEU". Cinq soldats sionistes ayant participé aux massacres et aux destructions à Jenin en 2002, ont le culot de poursuivre en justice le producteur palestinien du film Jenin, Jenin, Muhammad Bakri.